Quand l’action doit rejoindre la conviction

 

Dans ces temps où nous savons que nous, pays « développés » devons profondément changer notre manière de vivre pour sortir l’humanité d’une dérive suicidaire, Montagnes Nature et Hommes, humblement, au travers de ses actions d’accompagnement en montagne et d’accueil aux yourtes du Yayla de Rochebrune, souhaite véhiculer les messages suivants : 

Quand le contexte nous oblige à « épurer » notre pensée, à rechercher ce qui nous tient résolument à la vie, il nous semble que la beauté des montagnes, des paysages, mais aussi d’une fleur, d’un caillou ou d’un tronc d’arbre, cette beauté qui nous émeut et nous incite à la rejoindre à travers l’art, la musique, la méditation notamment, cette beauté est primordiale. Notre métier est une formidable occasion de faire percevoir cela à tous nos publics. 

Ne vous étonnez pas alors, qu’au détour d’un chemin, la marche laisse subitement la place à un petit air de flûte ou à la contemplation dans le silence, ou à un instant de liberté pour de jeunes enfants, qui en diront plus que de longs discours. 

Atteindre cet état, mélange de concentration et de relâchement, prendre le temps d’écouter les sons de la nature, sans autre stimuli, permet, et nous y croyons, de se retrouver face à soi-même, mais également de se sentir appartenir à un tout, de partager l’instant présent avec la nature et même plus,  « d’être » la nature.   

Nous sommes convaincus que notre métier d’accompagnateur en montagne, associé aussi à d’autres champs (art, méditation, éducation, science, écriture) peut aider les enfants, les jeunes mais aussi les adultes, à accéder à cette intériorité qui nous ouvre alors à soi, aux autres et au monde dans son intégralité.

Mais les obstacles qui parsèment le chemin de cette quête sont nombreux : présence permanente et instantanée à tous nos « rôles  sociétaux», au travers du « mobile », plaisir immédiat de la consommation, besoin impérieux, voire vital de remplir tous les vides de notre agenda, bruit de fond permanent de notre fourmilière humaine …Tous ces perturbateurs peuvent être mis de côté en montagne et remplacés par des choses simples. 

 

« La vie intérieure est comme une sculpture : pour créer son oeuvre, le sculpteur n’ajoute rien à la matière ; au contraire, il en enlève, pour révéler ce qui est déjà là » 

En tant qu’organisateurs et accompagnants, les obstacles sont aussi présents : choisir la facilité d’un 4x4 pour monter du matériel de bivouac, être en permanence sur son téléphone pour gérer tous les problèmes instantanément, accélérer le rythme de nos sorties pour gagner plus d’argent.

Proposer des sorties déconnectées des travers de notre société pour mieux se reconnecter au monde nécessite selon nous, afin d’être crédibles vis-à-vis de vous, d’appliquer à nous-même cette « dépollution » ! Bien-sûr nous y aspirons, sans toutefois être parfaits. 

« La parole enseigne, l’exemple entraîne »

Nos sorties sont un avant goût de ce que nous pourrions vivre tous les jours ; nous souhaitons faire comprendre à nos groupes que la nature n’est pas un zoo nous permettant d’être un court instant près du monde sauvage, pour respirer, se ressourcer avant de reprendre son rythme effréné ! Ce n’est pas seulement une soupape dans un monde sous pression. Non, il faut aller plus loin, comprendre le message de la nature : Il n’y aura pas de futur pour l’humain si nous ne la rejoignons pas.

 

Le collectif de Montagnes, Nature et Hommes - Janvier 2021